La maison de la sagesse

دار الحكمة

La destruction des tombes en Libye (Shaykh Musa Furber)

Par Shaykh Musa Furber (1)

Le 29 août 2012

La semaine dernière, tout de suite après la fin du mois de Ramadan, des millions de musulmans dans le monde entier ont célébré l’une des deux fêtes annuelles de l’islam, l’Aïd al-Fitr. Pour les musulmans, l’Aïd est une excellente opportunité pour visiter la famille et les amis, et ils y ressentent  de la joie et de la solidarité. Au cours de ces célébrations, les musulmans ont le sentiment d’appartenir à une communauté historiquement enracinée, fière de son patrimoine. Ces sentiments positifs ont pris fin ce dimanche matin lors d’une série d’attaques contre des sites libyens faisant partis de son patrimoine religieux. Les rapports sont les suivant: les sites ciblés sont des tombeaux de savants et sages musulmans, et les auteurs étaient des membres d’un groupe salafiste radicale – appuyés par les forces de la sécurité de l’état, d’une manière complaisante ou même en participants directement aux attentats avec eux.

Les attaques à l’aide de grues ne se limitent pas à la destruction des structures, construites autours des tombes ou à l’exhumation de certains corps,  mais aussi en sont inclus de nombreux  livres qui furent brûlé dans les bibliothèques – tout cela fut orchestré sous la bannière salafiste ‘éliminer toutes les sources d’innovation religieuse’.

Les révolutions dans le monde arabes ont commencé vers la fin de l’année 2010 et y ont inclus beaucoup de participants. Pour la plupart d’entre eux, l’objectif est la réforme politique et une transformation ‘démocratique’ de leur pays. Cependant, pour d’autres, le but est de transformer la société musulmane à leur façon, en pensant mettre en place un système identique à celui des trois premiers siècles de l’histoire islamique, leur but est de réformer la société en fonction de leur vision puritaine du passé. Ces acteurs considèrent que les musulmans sont égarés depuis le siècle dernier, que ce soit les laïcs ou les savants. Ces gens ont conclus que cette réforme ne constitue pas un retour en arrière, mais plutôt une révision de l’histoire passée.

Beaucoup de ces acteurs salafistes radicaux, n’étaient ou ne sont même pas engagés dans les révolutions, les jugeant  interdites car cet acte «va à l’encontre de la loi islamique» – mais encore une fois leur doctrine religieuse a été révisée, mise à jour. Maintenant, la révolution est une méthode qui leur permet d’atteindre leurs propres objectifs – la révision de la religion selon leurs dogmes, et imposer des changements, car ils savent qu’ils ne pourraient jamais atteindre leurs buts avec un référendum populaire. Voila ce qu’il se passe en Libye depuis que le début de la destruction des sites religieux.

Pour le révisionniste salafiste, ces sites qui abritent  des tombes favorisent l’hérésie. Leur crainte est que les musulmans ordinaires,  invoquent les morts et font des demandes d’intercession en leur faveur lors qu’ils visitent ces sites. Peu importe,  si quelqu’un se rend là-bas avec cette intention ou non, leur simple présence dans ces sanctuaires est un risque permanent pour la masse.

Si ces endroits présentent un tel risque pour le peuple, pourquoi les précédentes générations de musulmans permettaient à ces sanctuaires de rester en Libye et partout  ailleurs ? La tombe du prophète Ismail ‘que le salut d’Allah soit sur lui’ est situé dans la Mosquée sacrée de La Mecque et la mosquée du Prophète à Médine  enveloppe la tombe du prophète Muhammad ‘paix et bénédiction d’Allah sur Lui’. Pourquoi est-ce que ces deux tombes et les mosquées autour d’eux n’ont pas été détruites ? La réponse est simple: les sages, les muftis, les juges et magistrats des générations précédentes ne les ont pas  considéré comme des lieux hérétiques, ils n’ont jamais considéraient cet acte comme étant la solution et  la réponse juridique aux problèmes. En bref, les premières générations des Salafs – à partir desquelles les contemporains salafistes utilisent leur nom – n’interprétaient que le Coran et la Sunna  exigent l’exhumation des corps des musulmans ou même la destruction de leurs tombes et tout autres structures construites à côté.

En règle générale, dans la loi islamique, l’usage de la force est illégale. La source de cette règle est le verset du Coran suivant: “Nulle contrainte en religion !” (Coran, 2:256). Quand le Coran et les hadiths légitiment l’usage de la force, il y a généralement un avertissement comme le fait que Dieu considère le pardon et la clémence comme des actes supérieurs.

La croyance sunnite que les théologiens musulmans ont enseigné au peuple au cours des quatorze derniers siècles et dans les principales institutions savantes comme l’université d’Al-Qaraouiyine (fondée à Fès en 859), et Al-Azhar (fondée au Caire en 970) – disent que toutes les choses dans le monde sont créés par Dieu et seulement par Dieu, conformément au verset coranique ” Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n’est pas toi qui lançais : mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient.” (Coran, 8:17). Le credo sunnite authentique met en garde la majorité de la communauté contre les adorateurs de tombes.

Ce qui est important ici, c’est que les autorités religieuses et politiques chargées de protéger la religion et la société étaient au courant de la situation et ont laissé ces sites sans aucune surveillance. Tout à commencé au 19ème siècle, quand les groupes des salafistes sont devenus militants et ont commencé à raser les tombes dans la péninsule arabique, avec comme motif de combattre le polythéisme et de déclarer polythéiste toute personne se trouvant à proximité  des tombes. Inutile de dire que la fatwa qui a été propagées pour défendre les destructions, ainsi que ceux qui  «légitime»  ces crimes en Lybie, sont dans l’erreur.

Hier, la maison de la fatwa en Égyptes (Dar al-Ifta al-Misriyyah) a publié une déclaration officielle condamnant les attaques contre les mosquées et les tombeaux des Shaykhs Ahmed al-Zarrouq et Abdel Salam al-Asmar. D’ailleurs cette déclaration fut aussi publié sur le site personnel du grand mufti . Habituellement, l’institut égyptien utilise un langage léger dans ses fatwas, mais cette fois-ci, le texte prit un ton différent en décrivant les auteurs de ces actes comme des «criminels», des «renégats» et «chiens de l’enfer.”

Ces attaques ont eu des répercussions allant au-delà des dégâts matériels causées par les profanations: elles ont désacralisé l’identité religieuse et historique de la Libye, ainsi que son patrimoine historique et juridique de l’islam, et la souveraineté de l’état libyen. Pour toutes les personnes qui se préoccupent de l’avenir d’une Libye post-Kadhafi, il est indispensable d’avoir des positions ferme pour la prévention de la paix. Il n’y a aucune justification religieuse, ou civile, pour permettre un recours à la violence aveugle comme  cela, au contraire, elle doit clairement être dénoncée par toutes les autorités. Les auteurs ne sont pas seulement coupables de péché religieux, mais aussi de crimes, et ils doivent être tenus pour responsables.

Comme la révolution libyenne et d’autres continuent, la religion restera un sujet qui attirera encore beaucoup d’attention, en particulier en ce qui concerne son rôle dans la vie publique et politique. La religion peut être utilisée pour le bien, ou pour le mal – et le pire reste à venir si les peuples de ces pays ne changent pas de positions. Les révolutionnaires du monde arabe ne méritent plus d’effusion de sang et de destruction – bien au contraire, ils se sont battus pour quelque chose de mieux que cela…

Musa Furber

(1) Musa Furber est un mufti qui a étudier plusieurs années dans différentes université islamique et reçu plusieurs ijaza notamment par le mufti d’Égypte, pour émettre des fatwas dans divers institution comme à Darr Al Ifta Al Missriya.

Cet article fut aussi publié par Shaykh Faraz Rabbani sur le site de Seekers Guidance.

Site de darr al ifta en français : site   

Voici quelques livres importants:

(Cliquez sur les images ci-dessous pour accéder aux livres)

Les enseignements du Prophète “paix et bénédictions d’Allah sur Lui” (volumes 1 et 2):

                                          

© 2015 La Maison de la Sagesse. Frontier Theme