La maison de la sagesse

دار الحكمة

Le respect du Livre et de la Sounna – Imam al-Haddad

Tu dois t’en tenir avec fermeté u Livre et à la sunna. Prends refuge en eux, car ils représentent la religion juste de Dieu, et Son chemin droit. Ceux qui adhèrent à eux y trouvent sécurité, profit, guidance et protection, tandis que ceux qui en dévient s’égarent, le regrettent, perdant et brisés.

Laissez-les te gouverner et contrôler ce que tu fais et consulte-les en toute affaire, obéissant en cela au conseil de Dieu et à celui de Son Messager :

Ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité. Portez vos différends devant Dieu et le Prophète, si vous croyez en Dieu et au jour dernier. (1)

Portez vos différends devant Dieu et le Prophète signifie :

« Prenez appui sur le Livre et la sunna ». Le Messager de Dieu, que les bénédictions et le paix sur lui, a dit : « Je vous conseille de prendre soin de ce par quoi, si vous vous y tenez fermement, vous ne vous égarerez jamais : le Livre de Dieu et ma sunna. »

Si tu as envie d’être bien guidé le long de la route blanche où il n’y a ni tortuosité ni dépression (2), alors mesure tes intentions, tes traits de caractère, tes actes et tes paroles à l’aune du Livre et de la sunna, puis conserve ce qui leur est conforme et débarrasse-toi de ce qui ne l’est pas. Et sois toujours prudent, et choisis la meilleure option. N’innove jamais en religion et ne suis pas le chemin des incroyants sinon tu perdras et la vie de ce monde, et de la vie future : voila une perte certaine. (3)

Méfie-toi des choses nouvelles et des opinions divergentes, car il a dit que les bénédictions et la pais de Dieu soient sur lui : « Tout ajout est une innovation, et toute innovation est une erreur. » il a duit aussi : « Quiconque ajoute à note œuvre ce que n’en fait pas partie doit être rejeté. »

Il y a trois sortes d’innovation. La première est une « bonne innovation », celle que les imams (4) bien guidés ont proposée en conformité avec le Livre et la sunna avec l’intention de choisir ce qui est le plus bénéfique, le plus utile, le plus intelligent comme par exemple quand Abû Bakr a décidé de rassembler l’ensemble du Coran en un volume, quand ‘Umar a institué les pensions militaires et les prières de tarâwih quand ‘Uthmân a fixé le Coran et institué un premier appel à la prière le vendredi et quand ‘Ali a décidé des règles pour combattre les rebelles. Puisse Dieu répandre Son bon plaisir sur les quatre califes !

La deuxième forme d’innovation est « blâmable » du seul point de vue du renoncement et de la satisfaction; c’est par exemple l’usage d’habits licites, de nourriture ou de moyens d’habitation.
La troisième forme est l’innovation « absolument blâmable », en contradiction avec les dispositions du Livre et de la sunna, ou avec le consensus de la nation. Les innovateurs y sont fréquemment tombés en e qui concerne les principes (usûl) mais plus rarement pour les branches (5) (furû’).

Celui qui n’adhère pas parfaitement au Livre et à la sunna et ne fait pas son maximum pour tenter de suivre le Messager, et qui prétend qu’il possède un certain degré devant Dieu, Exalté soit-Il, ne mérite pas qu’on lui prête la moindre attention ni qu’on s’occupe de lui, même s’il est capable de voler dans les airs et de marcher sur l’eau, même s’il abolit les distances et si les lois de la nature se brisent pour lui. Cela se produit souvent avec les démons, les magiciens, les devins, les faiseurs de talismans, les astrologues et d’autres qui sont de la même façon dans l’erreur. On peut seulement considérer ces phénomènes comme des charismes (karâmât) ou des confirmations, et non comme des choses fascinantes ou des illusions, quand la rectitude (istiqâma) est présente chez celui où ces choses se produisent. Les trompeurs ne trompent que le vulgaire et le bas peuple, ceux qui adorent Dieu tout en abritant en eux des doutes.

Quant à ceux qui sont doués de raison et d’intelligence, ils savent parfaitement bien que les croyants différent dans leur proximité de Dieu à la mesure de leurs différences à suivre le Messager. Plus leur ressemblance avec lui est profonde, plus leur proximité de Dieu est parfaite et plus la connaissance qu’ils ont de Lui est grande. Abû Yazid al-Bistâmî alla un jour rendre visite à un homme dont disait qu’il était saint. Il s’assit pour l’attendre dans la mosquée. L’homme arriva, toussa et cracha sur le mur de la mosquée. Alors Abû Yazid se leva et partit sans lui adresser la parole. Il dit « Comment peut-on se voir confier les secrets de Dieu quand on fait si peu attention à maintenir la convenance de Loi ? » Al-Junayd, que Dieu l’ait en Sa miséricorde, a dit : « Toutes les routes sont fermées sauf pour celui qui met ses pas dans ceux du Messager, que les bénédictions et la paix de Dieu soient sur lui. » Et Sahl ibn ‘Abdallâh (al-Tustarî), que Dieu l’ait en Sa miséricorde, a dit : « il n’y a aucune aide autre que de Dieu, aucune guidance autre que du Messager de Dieu, aucune provision autre que la piété (taqwâ), et aucun travail autre que la fermeté dans ces choses. »

Sache que tout le monde n’est pas à même de juger seul de ses affaires en se référant au Livre et à la sunna, car seuls les savants biens établis peuvent le faire. Si tu avais des difficultés à la faire, tourne-toi vers un de ceux auxquels Dieu a recommandé que tu fasses appel dans Sa parole, Exalté soit-il : Si vous ne le savez pas, interrogez les gens auxquels le Rappel a été adressé.(6)

Les gens auxquels le Rappel a été adressé son ceux qui ont la connaissance de Dieu et de Sa religion, qui mettent en pratique ce qu’ils savent pour l’amour de Lui, qui n’éprouvent aucun désir pour ce monde, qui ne sont pas détournés de son rappel par leurs affaires (7), qui appellent à Dieu en toute clairvoyance (8) et à qui Ses secrets sont dévoilés. Leur présence sur la surface de la terre est devenue si rare que certains grands hommes ont été jusqu’à dire qu’il en existe plus. La vérité est qu’ils existent mais parce que l’élite (9) n’a pas conscience d’eux et que les gens du commun s’en détournent, Dieu les a cachés sous le manteau de Sa possession et Il les a entourés de voiles d’obscurité. Cependant, ceux qui les cherchent avec sincérité et ardeur ne manquerons pas de les trouver, si telle est la volonté de Dieu. La sincérité est une épée qu’on utilise jamais contre une chose sans la trancher. La terre n’est jamais privée de ceux qui défendent la cause de Dieu. Et le Prophète a dit, que les bénédictions et la paix de Dieu soient sur lui : « Il y a dans ma nation un groupe qui existera toujours, défendant victorieusement la vérité, un groupe de gens indemnes des attaques de ceux qui s’opposent à eux (10), jusqu’à ce que le commandement de Dieu arrive. » Ils sont les astres de la terre, les porteurs du dépôt, les représentants de l’Élu et les héritiers des prophètes. Dieu est satisfait d’eux, et ils sont satisfaits de Lui. Tel sont les partisans de Dieu. Les partisans de Dieu sont les gagnants.(11)

Imam al-Haddad

Notes :
(1) Coran 4:59
(2) Coran 20:107
(3) Coran 22 :11
(4) Imam : chef, guide, dirigeant, sur le plan politique ou religieux
(5) Les principes ont à faire avec ce qu’il faut croire à propos de Dieu, Ses attributs, Ses Livres et Ses prophètes, tandis que les branches sont les différents sujets de la Loi sacrée.
(6) Coran 16 :43
(7) Nul négoce et nul troc ne les distraient du souvenir de Dieu, de la prière et de la Zakât. Ils redoutent un Jour où les cœurs et els regards seront bouleversés. (Coran 24 :37)
(8) J’en appelle à Dieu, moi et ceux qui me suivent, en toute clairvoyance (Coran 12 :108)
(9) Le fait que l’élite soit inconsciente n’est considéré par sayyid Ahmad Mashûr al-Haddad en aucune façon comme répréhensible, puisqu’il lui est imposé par le Réel en raison des circonstances particulières de ce temps.
(10) C’est à dire que ceux qui s’opposent à eux ne pourront jamais éteindre la lumière de l’islam dont ils sont les gardiens. Quand aux dommages subis par leur personne, cela a été une chose assez fréquente comme le prouve ce qui est arrivé à l’imam Ahmad Ibn Hanbal, que Dieu soit satisfait de lui, et à beaucoup d’autres.
(11) Coran 58 :22

Source : Le livre de l’aide page 59-63

Pour vous procurer le livre cliquez sur l’image ci-dessous:

le-livre-de-l-aide-al-bouraq

© 2015 La Maison de la Sagesse. Frontier Theme