La maison de la sagesse

دار الحكمة

Les règles à suivre le vendredi (Salat al-Jomouha) – Imam Abu Hamid al-Ghazali

Sache que le vendredi est la fête des croyants. C’est un jour honorable que Dieu n’a donné qu’à cette communauté (Umma). En ce jour, il y a une heure importante pendant laquelle aucun musulman serviteur ne demande à Dieu un besoin (à satisfaire), sans que Celui-d ne le lui accorde. Prépare-toi pour cette heure dès jeudi, par le nettoyage de tes vêtements, la multiplication du Tasbîh (rappel de Dieu), matin et soir. Ce moment est équivalent en mérite à la fameuse heure du vendredi ; forme l’intention de jeûner le vendredi, mais avec le jeudi ou le samedi, car le faire isolément est interdit (1). Puis habille-toi bien, de blanc, les habits blancs sont certes les plus aimés d’Allah. Emploie le meilleur parfum que tu aies. Nettoie efficacement ton corps, en rasant, coupant, taillant, utilisant le frottoir, ainsi que les autres types de propreté et tout ce qui rend l’odeur agréable. Puis pars de bonne heure à la mosquée, marche doucement en y allant et dans la tranquillité, le Prophète (b.s.l.) a dit : « Celui qui, va à la première heure, c’est comme s’il avait sacrifié une chamelle, celui qui y va à la deuxième, c’est comme s’il avait sacrifié une vache, celui qui) va à la troisième, c’est comme s’il avait sacrifié un mouton cornu, celui qui y va à la quatrième, c’est comme s’il avait sacrifié une poule, celui qui y va à la cinquième, c’est comme s’il avait fait aumône d’un œuf: Lorsque l’Imam sort, les registres se ferment, les Qalanis se lèvent, et les anges écrivains se regroupent près du Minbar pour enfin écouter l’invocation. » Rapporté par El-Boukhari & Muslim.

On rapporte que quand les hommes regarderont Dieu (au jour dernier), la distance les séparant de lui sera fonction de leurs heures d’arrivée à la mosquée le vendredi. Puis, dès que tu entres dans la mosquée, cherche le premier rang, et si les hommes sont rassemblés, ne t’appuie pas sur leur cou pour passer, et ne passe pas devant eux s’ils prient. Assieds-toi à côté d’un mur, ou d’un pilier, afin que les hommes ne passent pas devant toi. Ne t’assieds qu’après avoir prié le Tahiyyatu-Masjid. Le mieux est que tu fasses quatre Rak’at, en récitant lors de chaque Rak’at, après la Fatiha, la sourate 112, `La foi pure et exclusive’, cinquante fois. Il est dit dans la tradition que celui qui fait cela ne mourra jamais avant de voir sa place dans le Paradis, ou au moins quelqu’un d’autre la voit pour lui. Ne laisse jamais le Tahiyyat, même si l’Imâm a déjà commencé la Khuthbat (2). Il est de la Sunna que tu lises en quatre Rak’at la sourate, ‘Les bestiaux’ (s.6), celle de `La caverne’ (si 8), celle de ‘Tâ-Hâ’ (s.20), et `Yâ-sîn’ (s.36). Si tu ne le peux pas, alors fais les sourates ‘Yâ-sin’ (s.36), ‘la fumée’ (s.44), ‘ la prosternation’ (s.32), `le royaume’ (s.67), ne néglige jamais la lecture de ces sourates la nuit du vendredi, car y résident beaucoup de mérites. Celui qui ne peut pas faire ce que nous avons indiqué, lira beaucoup la sourate `La foi pure et exclusive’ (s.112). Prie beaucoup sur le Prophète (b. s.l.) en ce jour-là particulièrement. Dès que l’Imâm est sorti, rompes la prière et la causerie, occupe-toi de répliquer au Muazzen (3), puis d’écouter la Khuthba et d’en tirer enseignement pour toi.

Ne parle plus du tout lors de la Khuthba, car il est dit dans la tradition : « Celui qui dit à son voisin : Tais-toi; alors que l’imam fait la Khuthba, a fauté, or celui qui faute n’a pas de vendredi. »

Rapporté par Abu Dâwud, Tirmidi, et En-Nissâ’i.

Puisque la phrase : « Tais-toi » est une parole, alors qu’on ne devrait dire à quelqu’un de faire quelque chose que par un signe et non par la parole. Puis imite l’Imam comme indiqué plus haut. Lorsque tu auras fini de dire le Taslim (4), lis la Fâtiha sept fois avant de prononcer un mot, la sourate 112, sept fois, la 113 et la 114, pareillement, cela te protégera du vendredi au vendredi, et sera pour toi une forteresse contre le schtaytân. Dis après cela :

« Allahumma ya Hamid, ya Mubdi’u, ya Mu’idu, ya Rahimu,, ya Wadudu, a gnini bihalalika an haramika, bi tha’atika an ma’çiyatika, wa bifadhlika an-man siwaka.»

Ce qui signifie :

« Q Seigneur, le Digne de louange, Toi qui commence tout et le recommence, Le Clément, Le Tout Affectueux, fais que je me contente de ce qui est licite, afin de me passer de ce qui ne l’est pas ; que je m’occupe de Ton adoration, afin de ne pas Te désobéir, donne-moi de Ta grâce, afin de me passer de tout autre que Toi. »

Puis fais, après la prière du vendredi, deux ou six Rak’at, par deux, tout cela est rapporté du Prophète (b.s.l.) dans des circonstances variées. Puis reste dans la mosquée jusqu’au Maghreb ou le Asr. Sois bon surveillant de « l’heure honorable » car elle est imprécise dans toute la journée, souhaitant que tu l’attrapes dans un état de crainte, d’humilité pour Dieu, et de celui qui implore.

Dans la mosquée, n’assiste pas au regroupement des hommes ni à celui des narrateurs (Quççaç : ceux qui racontent des histoires infondées), mais assiste au regroupement de la connaissance utile (I’lmun-nafi’u), car c’est celui-là qui augmentera ta crainte de Dieu et diminuera ton désir de la vie ici-bas. L’ignorance t’est plus bénéfique que toute connaissance qui ne te tire pas du Dunya vers le Akhirat (l’au-delà – la dernière -). Demande à Dieu protection contre une science qui ne t’est pas utile. Fais beaucoup d’invocations lors du lever du soleil, lors de son déclin, de son coucher, de la montée de l’Imâm sur le Mimbar et au moment où les gens se préparent pour la prière, il est probable que « l’heure honorable » soit dans ces moments-là. Applique-toi à faire l’aumône ce jour-là, selon ce que tu peux, même si c’est peu. Tu auras ainsi joint la prière au jeûne, à l’aumône, à la lecture, à l’invocation, à la retraite spirituelle, et au fait de monter la garde au service d’Allah (ar-Rbath). Fais de ce jour un jour réservé dans la semaine aux actions de ton Akhir (jour dernier) car il se peut qu’il soit pour toi une raison d’absolution de tous les péchés de la semaine.

Imam Abu Hamid al-Ghazali

Source : Initiation à la foi (Treizième section)

Notes personnelles (non incluses dans le livre) :

(1) Selon l’école Malékite, il est possible de jeûner uniquement le jour du Vendredi sans le faire précéder ou suivre par un autre jour de jeûne. Pour plus d’informations veuillez consulter l’article suivant:Est-il permis de jeûner seulement le jour de vendredi ?

L’imam al-Ghazali suivait l’école Shafi’ite, c’est pour cette raison que certains de ces avis sont différents de l’école Malékite.

(2) Selon l’école Malékite et Hanafite, lorsque l’imam est déjà sur le minbar, il faut s’asseoir et ne pas prier les deux unités du Tahiyyatu-Masjid.

(3) La personne qui récite l’appel à la prière (Adhan)

(4) Le fait de prononcer « Assalamalaykoum » pour clôturer la prière.

 Pour vous procurer le livre ou un autre ouvrage de l’imam al-Ghazali cliquez sur les images ci-dessous:

© 2015 La Maison de la Sagesse. Frontier Theme